Hold Up, les conséquences politiques du film de Pierre Barnérias

S’il faut reconnaître un mérite à Pierre Barnérias, c’est qu’il a réussi à défrayer la chronique et à faire réagir la majorité présidentielle qui a été vertement mise en cause dans son film. Mais derrière une apparente réussite, il y a malheureusement des choses bien plus inquiétantes qui doivent être relevées et analysées.

Nous avons déjà analysé dans le précédent billet les manques et les erreurs Continuer la lecture de « Hold Up, les conséquences politiques du film de Pierre Barnérias »

Hold up : un documentaire approximatif et idéologiquement très orienté.

Le documentaire Hold Up, qui a été vu sur les plateformes internet des centaines de milliers de fois au cours des dernier jours, déchaîne les passions. Les médias traditionnels accusent le film de Pierre Barnérias d’être un tissu de fake news alors qu’un grand nombre d’internautes le défendent, accusant ces derniers de complicité avec le NWO (nouvel ordre mondial). Qu’en est-il vraiment ?

1-L’absence d’enquête sur le protocole Raoult Continuer la lecture de « Hold up : un documentaire approximatif et idéologiquement très orienté. »

Biden, ce démocrate très peu libéral…

Ce sera donc Joe Biden… Le vieux guerrier de l’establishment va avoir la lourde tâche de succéder à Donald Trump qui, pendant les quatre années de son mandat, a planté un glaive entre l’Amérique conservatrice et l’Amérique progressiste. Il s’est donc posé dès le début en tant que rassembleur, ce qui était assez logique, mais qui sera loin d’être suffisant.

En 2012, Hollande avait dû sa victoire à l’anti-sarkozysme primaire qui prévalait au sein de la société française.  Le même type de phénomène est très certainement à l’œuvre pour Biden aujourd’hui, porté par de nombreux Américains heureux de voir le cauchemar Trump s’achever enfin. Continuer la lecture de « Biden, ce démocrate très peu libéral… »

Élection US : le point dans les « swing states »

Le point sur l’élection présidentielle américaine avec un sondage qui concerne les états clés, ou swing states (susceptibles de basculer dans l’autre camp) : Biden semble très bien parti, d’autant que le pays est plus clivé que jamais, les électeurs potentiels de Trump ne se cachant plus pour afficher leur soutien à l’actuel hôte de la maison blanche.

Le bilan de Donald Trump débattu

Débat intéressant animé par Frédéric Taddeï qui reçoit Jean-Luc Hees, Nicolas Goetzmann, Didier Combeau et Edouard Husson. La publication de ce document ne signifie pas que nous défendons toutes les thèses soutenues par les intervenants.

Source : RT

 

 

Élection du 3 novembre : La tragédie américaine

Le monde entier a les yeux braqués sur l’Amérique qui s’apprête à renouveler le collège électoral des grands électeurs, collège qui aura ensuite la tâche de choisir entre le candidat démocrate Joe Biden et le président républicain sortant Donald Trump. Quels sont les enjeux de ce scrutin et doit-on considérer que l’élection de Biden serait une bonne nouvelle du point de vue international ? Continuer la lecture de « Élection du 3 novembre : La tragédie américaine »

Pour éviter un remake de 1929, Trump se convertit au socialisme !

Si les Etats-Unis semblent avoir pris la mesure de la catastrophe qui est en cours et sont sur le point de conclure un accord bipartisan de près de 2.000 milliards qui a fait bondir les marchés, la vieille Europe est encore en retard d’une guerre. En plus de la catastrophe sanitaire, les atermoiements des dirigeants européens risquent de provoquer une dépression historique.

Quand les Etats-Unis font face à l’adversité, ils ne s’encombrent guère de considérations idéologiques ! On se rappelle que lors de la crise des subprimes, le gouvernement n’avait pas hésité à nationaliser les deux géants du crédit hypothécaire, Freddie Mac et Fannie Mae. Avec près de trois krachs depuis le début de la crise du coronavirus, l’heure n’est donc plus aux considérations idéologiques. Il faut agir vite et soutenir coûte que coûte l’économie, l’administration Trump l’a bien compris. Il y aura donc de l’argent à ne plus savoir qu’en faire pour les banques, ce qui est une constante depuis 2008. Continuer la lecture de « Pour éviter un remake de 1929, Trump se convertit au socialisme ! »