Un excédent de 150 milliards : retour sur le magot caché des retraites

Invité lundi 25 novembre par Nicolas Doze sur BFM Business pour parler des retraites, Gilles Raveaud, maître de conférence à l’institut d’études Européennes de Paris 8 a quelque peu gâché la fête en donnant quelques chiffres qui confirment que la réforme des retraites est avant tout une question idéologique. Il faut nourrir la bête, coûte que coûte. Lors de la Grande Dépression, Steinbeck expliquait que le monstre « doit grandir tout le temps » et lorsqu’il est malade, il lui faut encore plus de nourriture. Depuis 2008, le monstre est sacrément mal en point et il n’est donc pas étonnant que la Macronie veuille le nourrir avec l’argent des retraites.

Mais revenons sur les chiffres donnés par Gilles Raveaud et livrons nous un peu à un exercice de fact checking. En premier lieu, le fonds de réserve pour les retraites qui avait été créé par le gouvernement Jospin en 1999 a été évoqué. Ce fonds de réserve est un véritable trésor de guerre puisqu’il atteignait 37 milliards en 2017, ainsi qu’il est rapporté dans Les Échos ici.

D’autre part, Gilles Raveaud mentionne également les fonds de réserves des régimes complémentaires. Et le montant est effectivement colossal puisqu’il atteint puisqu’il atteint le chiffre étourdissant de 128.9 milliards d’euros (les données sont disponibles sur le site de BFM ici) ! Ce sont donc quelque 165 milliards qui sont disponibles pour financer les retraites (même si en pratique, la solidarité entre caisses de retraites ne va pas de soi). Les chiffres donnés par Raveaud sont facilement vérifiables, bien que savamment tus par le gouvernement…

Le système est donc en réalité excédentaire si l’on prend en compte les fonds de réserve, et le déficit prévu à l’horizon 2022 (10 milliards seulement) peut aisément être comblé, ce qui montre que la posture du gouvernement est avant tout idéologique. Malgré les différentes réformes des retraites qui ont déjà eu lieu, il souhaite encore allonger la durée de cotisation, tout en réduisant le montant des pensions de façon drastique. Seul un sursaut démocratique nous préservera d’une telle thérapie de choc.

Une réflexion sur « Un excédent de 150 milliards : retour sur le magot caché des retraites »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *