Vaccin Pfizer contre le coronavirus : vers un scandale majeur ?

L’affaire n’est pour l’instant connue que des seuls milieux financiers, mais elle pourrait faire grand bruit : le PDG de Pfizer, Albert Bourla, a vendu aujourd’hui 60% de ses actions après que l’action de son groupe a bondi de 16% hier. L’annonce de l’efficacité du vaccin de Pfizer a également a dopé le cours des bourses mondiales comme le montre le graphique ci-contre.

Bien entendu, il a indiqué que cette vente était prévue de longue date et a invoqué la règle 10b5-1 (permettant au PDG de l’entreprise de vendre un nombre prédéterminé d’actions à un moment donné) pour éviter toute controverse. Il a vendu 132,508 actions qui lui ont rapporté quelque $5.6 millions (le cours de l’action étant de $41.94).

Cette vente intervient toutefois à un moment bien mal choisi et cette légalité de façade est tout de même inquiétante et ressemble furieusement à un délit d’initié. La plupart des gouvernements qui ont signé des accords avec Pfizer (dont l’UE qui a commandé 300 millions de doses) devraient être alertés par cette information et devraient être sur leurs gardes afin d’éviter un nouveau scandale sanitaire. Que le PDG du groupe vende autant d’actions alors que l’efficacité du vaccin n’est pas prouvée est bien évidemment suspect.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *